L'enfant cachée dans l'encrier

Ellj passe ses grandes vacances dans le château de son père, un grand amiral toujours absent. Un jour, il entend la voix d’une petite sœur inconnue cachée dans un encrier et qui lui demande de la délivrer. Ellj largue alors les amarres. Le plateau devient radeau, île déserte, banquise, continent où se lèvent les tempêtes et meurent les soleils. Et soudain un petit air de flûte qui raconte l’attente et l’ennui de Ellj pendant le sommeil d’Annj, la petite fille inuite, dans son lit d’enfant-cercueil-pendule-canot. 

Texte & mise en scène Joël Jouanneau

 Assistant à la mise en scène, scénographie et costumes Vincent Debats 
lumières Thomas Cottreau, univers sonore Samuel Favart 

 

avec Dominique Richard

Création au Théâtre au Jeu de Paume à Aix en Provence en octobre 2016, tournée en France 2016-2019 (Théâtre le la Ville Paris, Très-tôt-Théâtre Quimper, Théâtre de Sète,  Trio Théâtre Inzinzac Lochrist, Athénor Saint Nazaire, Scène National de Cavaillon, TNT Toulouse.... 

Processus de création

"Il y a des productions magiques! C'est la dernière en date et c'est une des plus belle. Retrouver Joël Jouanneau fut un grand plaisir partagé.

 

L'équipe était à l'unisson, l'accueil du théâtre du jeu de Paume, du plateau jusqu'à la production d'une bienveillance rare.

 

Le spectacle continue sa vie encore cette année et on espère l'année prochaine aussi. Je partage ici le processus de création des premières esquisses jusqu’au spectacle abouti. Ce fut un bien beau moment partagé."

Premières esquisses

"Nous avons pendant deux ans fait des lectures du texte de plus en plus mises en espace, jusqu’à ce que Joël nous rejoigne.

 

Quel pouvait-être l'espace de ce texte?

La volonté de Joël était de partir du concret pour ouvrir l'imaginaire. C'est un espace où le temps c'est arrêté. On est dans un grenier au départ, puis Ellj, commence son épopée imaginaire, en prenant le petit canot jusqu'à la mer, puis l'île, le bateau nuage, le pays lointain, la ville, le radeau, la banquise, pour enfin revenir au grenier. Au départ j'ai proposé un grenier qui pouvait se transformer, mais cela était trop "lourd", nous avons donc envisagé un seul et même lieu, une sorte de grenier, mer, pays lointain-banquise...C'est la lumière, le son, les changements de costumes, qui les évoquent, tour à tour, au fil de la représentation.

 

Je me sens extrêmement libre avec Joël, il vous donne un cadre précis, dans lequel vous pouvez, devez, proposer ce que vous voulez, c'est votre responsabilité. Ensuite il compose avec tout ce que ses collaborateurs lui ont donné (lumière, son, espace...) pour aboutir la forme global du spectacle. C'est une impression étrange d'avoir proposé quelque chose de très singulier, chacun dans son propre domaine, et en même temps de servir une globalité qui vous échappe totalement. "  

Construction, montage, dernières répétitions, première, tournée...

"Après la construction du décor (merci à Philippe Guilloux et toute son équipe pour le merveilleux travail) c'est le montage sur le plateau et les dernières répétitions. On dit souvent qu'il nous manque une bonne semaine, pour aboutir un spectacle et cela peu importe le nombre de jours de répétitions en amont. Les derniers jours sont cruciaux, c'est l'alchimie ou pas.

 

Pour ce spectacle, pas vraiment, nous étions tous prêt en temps et en heure. On culpabilisait parfois, d'avoir réalisé tout cela si facilement et si rapidement. C'était un moment magique. Enfin on peut l'offrir au public, et l'acteur va, de représentations en représentations au contact du public, lui trouver sa forme totalement aboutie. C'est un spectacle que je ne me lasse jamais de revoir.

Ensuite c'est la tournée, nous la suivons Joël et moi de temps en temps, mais c'est les deux régisseurs Jean-François et Philippe qui l'assurent techniquement. Merci à eux. Merci aussi aux superbes équipes d'accueil des Théâtres.

 

Nous avons eu la chance de faire déjà une quarantaine de dates ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas. La moyenne de représentations en France d'un spectacle est de 7 ou 8 dates! Et ce chiffre ne cesse de se réduire d'années en années...

Et puis c'est l'économie du théâtre jeune public, une peau de chagrin, malgré la volonté de producteurs courageux. Pourtant c'est exactement le même travail, la même exigence que le Théâtre pour adultes seulement. "


TOUTES LES IMAGES ET LE CONTENU DU SITE COPYRIGHT © 2017 VINCENT DEBATS ADAGP - TOUS DROITS RÉSERVÉS

Crédits Photographiques : Eric Coquelin, Vincent Debats,  Raphaël Arnaud, Patrick Ellouz... 

  • logo redbubble
  • Livre Tadzio...
  • LinkedIn Social Icon
  • Blogger Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon