Les cahiers de Rémi

Rémi a onze ans, il vit seul avec sa mère. Entre un père absent et un frère qui ne donne plus de nouvelles, sa vie se déroule au rythme de ses cahiers, suivant ses rêves et ses rencontres.

Son petit monde, centré sur l’école et les vacances, s’ouvre peu à peu sur le rapport aux autres, la sensualité et l’identité sexuelle.

Ce passage chaotique vers l’adolescence et l’apprentissage de soi se fait pour Rémi au prix du renoncement à son frère, qu’il affronte en rêve, racontent son quotidien, les rencontres qu'il fait, ses rêves et ses découvertes, explorent ses abîmes, tissant le portrait éclaté et incertain d'un jeune d'aujourd'hui qui quitte imperceptiblement l'enfance...

LES CAHIERS DE REMI

de Dominique Richard

(Éditions théâtrales-Jeunesse)

 

Mise en scène : Dominique Richard

Scénographie et Vidéos : Vincent Debats

Lumières et vidéo : Dominique Pain

Création son : Bernard Gaudiche et Brice Trinel

Régie Plateau, son : Brice Trinel

 

 

Avec :

Mikaël Teyssié : Rémi

Christine Joly : La voisine, la grand mère, la mère, la promeneuse.

Dominique Richard : Le frère, le jardinier, l'autre.

Raphaël Mondon : l'ami, le cousin, l'ami retrouvé.

 

Durée du spectacle : 1h30

Partenaires :

Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine/Espace Malraux (Joué-Les-Tours 37)/ ADAMI/ Ville de Joué-Lès-Tours.

Premières esquisses, premières pistes de travail...

cahier_1_scène_1
cahier_1_scène_2
cahier_1_scène_4_le_frère
cahier 2 scène 7 la mère
P1140285
P1140315
P1140269
P1140322
original cahiers 1

La création des Cahiers de Rémi, s'est déroulée pendant deux ans en deux étapes. On a monté les deux premiers cahiers, puis le texte en entier.

J'ai proposé un dispositif scénographique composé de 4 doubles cadres en métal qui pouvaient se déplacer partout. Les cadres étaient habillés de tulles de différentes couleurs formant ainsi une sorte de kaléidoscope. Le sol était une moquette grise et neutre, permettant aux cadres de glisser. Au lointain un cyclo également gris et à la face un chemin de cailloux blancs, avec tous les accessoires qui seront utilisés pendant la représentation. La vidéo était composée de petite séquences de personnages en ombres chinoises, qui pouvaient apparaître n'importe où dans le dispositif. Il y avait aussi les dessins des cahiers. C'est un spectacle sur la mémoire, ce qui en reste, sur les objets du passé. 

Texte d'intention pour la scénographie : 

Le lieu des rencontres, Rémi est le seul point fixe où tout converge. C'est lui qui fait apparaître les figures rencontrées au hasard, en lisant, en écoutant de la musique, en écrivant ou en dessinant, en rêvant... La table du début est recouverte de cahiers, c'est par eux que surgissent les nappes de passé qui amène les figures évanescentes et lointaines du souvenir. Ces cahiers restent présents tout les spectacle, Rémi les perd ou les oublie le temps de la représentation, ils envahissent l'espace, traces dérisoires des moments surgis de l'enfance.

L'espace est éclaté et en mouvement, il se découvre peu à peu, simple et épuré au début et de plus en plus complexe et labyrinthique, où on se perd, puis de nouveau plus lisible, mais en devenir, un écrin qui permet les apparitions surprenantes des fantômes du passé, qui rend possible des disparitions magiques. La scénographie se transforme imperceptiblement et devient l'espace fantasmatique du frère, l'espace mental et de mémoire de Rémi, l'espace idéalisé des cahiers redécouverts, l'espace intérieur des monologues et des visions. Les panneaux doivent rester légers et aériens, ils se bougent le temps du spectacle, deviennent transparents ou opaques. Les lieux évoqués peuvent être rapidement circonscrits ou ouverts, évoquer des intérieurs (ombres et verticalité) ou des extérieurs (les éléments praticables) par un léger déplacement, une nouvelle ambiance lumineuse, l'apparition de petits éléments concrets (coquelicot, caillou, lettres...) qui sont les seules traces réalistes du souvenir.

C'est un carrefour entre deux mondes, celui de l'univers de Rémi et celui des figures qui viennent le visiter comme dans un songe. Tout semble enveloppé d'une brume lointaine...

Photos du spectacle (photos de Eric Coquelin)

Les_cahiers_de_rémiIMG_0691
10322584_1236417796385797_5938806468487718986_n
943850_1236417829719127_2294364365031623143_n
946189_1236418059719104_2144562819126633518_n
535277_1236418293052414_4636327103603895740_n
5953_1236418589719051_7421289226275072253_n
11694156_1236419843052259_8550428350019265300_n
5527_1236419903052253_4025288303597381007_n
12871454_1236420023052241_3175281567267313506_n
11998958_1236420099718900_3152146820685992827_n
10606061_1236420246385552_1662680557459728921_n
1001105_1236421153052128_2547606717644918541_n
250115_1236422423052001_4385781426522345161_n
941334_1236422353052008_2546376036143536588_n
934724_1236421216385455_1873573641480850141_n
12814549_1236422453051998_6459344888959127434_n
734958_1236422573051986_1694632151261902094_n
Bande annonce Les cahiers de Rémi.


TOUTES LES IMAGES ET LE CONTENU DU SITE COPYRIGHT © 2017 VINCENT DEBATS ADAGP - TOUS DROITS RÉSERVÉS

Crédits Photographiques : Eric Coquelin, Vincent Debats,  Raphaël Arnaud, Patrick Ellouz... 

  • logo redbubble
  • Livre Tadzio...
  • LinkedIn Social Icon
  • Blogger Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon